Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 octobre 2011 3 26 /10 /octobre /2011 20:26

Les dirigeants de la zone euro sont encore rassemblés, ce soir, après leur entrevue de dimanche dernier. Certains parlent du sommet de la dernière chance, avec l'avenir de l'Italie en jeu.

Avec cette réunion, que l'on ne peut se permettre de rater (d'ailleurs, la Chine s'en mèle, en proposant son aide, puisque, pour elle, ce serait un drame d'assister à la déblâcle d'un de ses principaux partenaires ; ce qui explique, aussi, que les 10 membres de l'UE, qui ne font pas partie de l'Eurozone, soient au chevet de l'organisation monétaire), on va pouvoir mesurer l'intelligence de ceux qui nous gouvernent. En effet, vu que l'on a pas le droit à un nouveau faux pas, il leur faut considérer que l'accord est déjà là. Si on commence les tractations en se disant qu'un consensus a été trouvé, on se soustrait à la pression qu'une telle situation appelle, en principe. Ensuite, les négociations prévues sont un temps où chacun essaie de faire valoir les prétentions de la nation qu'il représente, et, au fur et à mesure que les revendications sont éclaicies, les choses se compliquent forcément. Mais, le stress n'a pas la même portée, puisque l'on a déjà dit que l'on a réussi à se mettre sur la même longueur d'onde. Alors, la complexité des calculs qu'il faut faire est plus acceptable, même si, sur le papier, prendre en compte les exigences de 17 participants est quasiment impossible, car, derrière chaque représentant présent, il y a des millions de citoyens, et il convient de chercher le moins de contraintes à imposer : le mécontentement populaire n'est pas à envisager.

Partager cet article

Repost 0
Published by DJSusmack
commenter cet article

commentaires